« UNAPOLGETIC » le nouvel album de Rihanna, que vaut il ? Top ou Flop ?

Rihanna à sortie ce 19 novembre son 7em album  « UNAPOLOGETIC », oui septième et c’est aussi le nombre année qu’elle fait battre le rythme des charts, placarde son style et sa silhouette sur  les couvertures des magazines et fait le tour du monde.

A peine après avoir fini d’exploité le précédent album du nom de « TALK THAT TALK » avec le single « Cockiness » elle à annoncé une nouvelle tournée pour l’année 2013, un nouveau single « Diamonds » et un nouvel album.

« UNAPOLOGETIC »  parait étrange, non commun comme expression pour nous mais semble être un vrai concept quand on prend le temps d’observer la pochette de l’album où la « mise en scène », le graphisme  laisse apparaitre une Rihanna se mettant à nue pour le public.

Alors que la star termine son 777 TOUR, un tournée promotionnelle de 7 jours dans 7 pays ou elle à donné 7concerts, quelques filles du blog ont écouté l’album et vous délivre leurs impressions.

Let’s go press play :

Phresh out the runway : un titre qui annonce la tendance de l’album, là ou Talk That Talk c’est terminé.

Une production avec un son hip hop mais qui semble parfaitement étudié pour être joué en club, niveau texte rien de très exceptionnel si ce n’est que le nom des marques de luxe collants parfaitement à la fin du titre de la chanson c’est-à-dire Runway.

Ainsi on peut entendre rihanna confirmer sa suprématie de It girl, de business woman, défier ses concurrent ? Et d’affirmer son gout pour la mode, les belles choses, en gros elle se l’a raconte mais elle peut c’est une bourgeoise et avec son parcours et à son jeune âge elle à de quoi.

Notons que placé en titre numéro un sur l’album ça peut juste vous faire un petit surcot au cœur 3sec mais sans plus.

Diamonds : Définitivement c’est l’un des HIT de l’album, un mélange de pop et d’électro.

Les paroles de cette ballade prisent mots pour mots pourrait passer pour une déclaration sauf qu’il faut avouer que la demoiselle répète un peu la même chose…

Mais nous n’avons crainte car sur scène, son groupe saura mettre l’intensité qu’il faut pour interpréter se tube et nous souhaitons qu’elle y mette le maximum d’émotion pour emporter son public avec elle et créer une osmose.

Numb feat Eminem:  Encore une chanson crée de toute pièce pour les clubs avec un vide sidéral , si vous êtes passé sur itunes, la fnac, virgin ou amazon écouter l’extrait sachez que vous avez entendu la quasi-totalité du titre et 99 % de ce que dit Rihanna en 3 :25min.

Le premier mot « Ecstasy » déclare peut être qu’il faut prendre la chose dans un esprit de fête, la prod sympathique et entrainante avec un mix reggae, hip hop et musique orientale donne envie de sauter mais comme nous sommes un peu chiante, nous avons poussé le jeu un peu plus loin et calculé le nombre temps que la chanteuse répète  la phrase (le refrain) : « i’m going numb »… et le verdict est 2min18 .

Autant vous dire que nous pensons dans ce cas qu’il est plutôt question d’un Eminem feat Rihanna au lieu de l’inverse car tout le reste du boulot c’est lui qui le fait.

Son couplet (Eminem) est plein d’énergie, son flow toujours aussi remarquable, il « débarque », il « pose » fait passer son message puis il s’en va.

Pour it up : la structure, le concept de ce morceau est tellement semblable à celle Presh out the Runway que nous pouvons en dire plus…

Loveeeeeee song feat Future : un ballade tranquille , comme on dit un « slow jam » , le rappeur Future un jolie découverte, de quoi passer du bon temps, un titre pleins d’affection, lancer comme une bouteille à la mer.

Jump : le titre à lui-même suffit pour savoir ce qui vous attend, même si toutefois le refrain est une reprise du célèbre « Pony » de Ginuwine datant de 1996, il invite à danser, faire come back sur une instru d’actualité. Bonne interprétation.

Right now feat David Guetta : encore une fois la chanteuse ne chante pas grand chose, et nous ne comprenons pas pourquoi cette collaboration.

Rihanna après avoir mis la barre haute avec “we found in love” feat Calvin Harris, déclenchée la folie dans les clubs comment peut elle s’associer avec Guetta et sortir un morceau qui n’est qu’une énième version de ce que fait le producteur et DJ français.

Les productions de David sont tellement prévisibles et identiques, et son synthétiseur ou nous ne savons quoi de ce qui lui fait office de piano… devient fatiguant et ennuyant. Heureusement ça défile vite…

What now : une ballade avec des accents de rock, cette guitare avec un son bien hard cette chanson nous a donné des airs (non loin de la à la comparer) de Taylor Swift mélangé à du Bon Jovi. On aime tout simplement.

Stay  feat Mikky Ekko : Encore une ballade et ce n’est pas fini, celle-ci beaucoup plus douce, avec de l’émotion, et il faut avouer qui on ne sait pas qui est Mikky Ekko on peut confondre sa voix avec celle de Bruno mars.

Nobody’s Business feat Chris Brown : Après avoir fait des remix de leurs titres respectifs, fait coulé de l’encre dans la presse, c’est la collaboration que beaucoup attendais ou redoutais.

Les deux artistes aux aventures amoureuses dignes d’un feuilleton ont servis sur un « plateau en or » ce titre. Une production musicale qui comme qui dirait est beaucoup inspiré des années 1990 voir plus loin, car quand Chris dit : « I love to love to love you baby » ça ramène de suite au titre de Donna Summer datant de 1975 et le « It ain’t nobody’s business, It ain’t nobody’s business It ain’t nobody’s business Just mine, and my baby » à celui de M.Jackson.

Certes nous avons trouvé que c’était que juste provocateur, mais surtout pourquoi vouloir a tout pris interpréter une chanson comme M.J, Chris pousser des cris à la fin (2min58)  comme tu le fais ne te rendra pas  plus cool ou fun, voir ne séduira pas plus ta belle que cela. Résumé titre sans intérêt avec ou sans l’album se portait très bien.

Love without tragedy / Mother Mary : ce n’est qu’a partir de ce titre que nous avons le sentiment de vraiment découvrir la vraie Robyn, Rihanna, de la mélancolie, du vécue, de la sincérité, croyante et peut être un peu de crainte ?  Elle parle de sa vie de star, qu’elle est prête à mourir d’un moment à l’autre, elle se sent comme un Marilyn Monroe… A moins que  tout cela soit encore calculé.

Get it over with : un slow pour danser, définitivement Rihanna à fait dans l’émotion et nous n’avons rien à dire sur ce coup là.

No love allowed : la caribéenne n’oublie pas ses origines, à chaque album elle a se besoin d’ajouter un titre aux inspirations de la Jamaïque. Ce reggae roots elle sait le faire, l’interpréter et « no love allowed » est partir pour avoir du succès au même niveau que « man down » ou « rude boy ».

Lost in paradise : titre confession, ou elle explique qu’elle est perdue dans son paradis ? elle ne savait pas que son amour était une folie ? pour qui ?

Unapologetic n’est pour nous qu’un mélange des trois précédents albums de Rihanna, de la pop, un côté sombre, beaucoup de ballades et de productions « urbaine ».

Ce n’est pas son meilleure opus mais si toutefois aux fils des années elle chante plus juste, les notes ne vont pas plus haut et nous aimerions lui conseiller d’arrêter de crier dans certains titres, et d’arrêter d’abuser des onomatopées car trop ohhh ohhhh, ahhh ahhha ahhh, héhhéhhé… c’est un peu soulant.

La promotion de ce dernier à démarré fort avec une multitude de dates en Europe dont celle du Stade de France, nous imaginons que les prochains singles seront : Stay, Jump, What now, No love allowed et Nobody’s business (ce dernier nous l’imaginons même chanté en live durant une grande cérémonie du genre les Grammys awards).

Avec ce rythme de sortie d’album nous souhaitons tout de même qu’elle puisse prendre son temps et retrouver plus d’inspirations.

Publicités

Les potins du " District "

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s